(8) La Paz


Voici notre deuxième, et malheureusement dernière étape en Bolivie :  La Paz !
Encore assez proche du Pérou, la ville est à près de 4000m d’altitude. C’est une fait une sorte de cuvette au milieu des montagnes;  et c’est assez rare, ici les les quartier riches se trouvent en bas, tandis que ceux des plus pauvres grimpent aux montagnes, de plus en plus en altitude.
Vu du mirador, la ville est beaucoup plus grande que je ne l’imaginais! Plus moderne aussi ; les barres d’immeubles et quelques buildings s’entassent et donnent un aspect bétonné qui contraste avec les montagnes désertique;

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une fois installées, on part découvrir la ville un peu au hasard des rues ; quelle foire! Les rues sont bondées, les trottoirs étroits, toutes les routes embouteillées. Les marchands ambulants essaient de crier plus fort que les chauffeurs de bus, les klaxons ne s’arrêtent pas une seconde et de tous les pots d’échappement sort une fumée noire irrespirable…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Du matin au soir, la circulation est infernale; la Paz n’est vraiment pas une ville tranquille !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Mais on s’éloigne vite des voitures pour passer dans le quartier piéton des marchés. Moins de circulation,  mais c’est tout aussi agité! Les petites boutiques et étalages sont nombreuses; bijoux, ponchos, pulls en laine d’alpaga, écharpes, bonnets, flûtes en tout genre, et bien sûr, feuilles de coca…

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Plus on s’enfonce dans le quartier, moins il est touristique.. et nous voilà bientôt les deux seules non-boliviennes de la foule. Autrement dit; il est difficile de se confondre avec les locaux!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Là se vend de tout; ces énormes popcorn de maïs blanc, feuilles de coca, ustensiles, meubles, viandes, vêtements, tissus, produits cosmétiques, fruits… de tout, de partout! On marche au hasard sur plusieurs longues rues au milieu des cris des vendeurs, négociations, cantines improvisées à même la rue, livraisons… tout ce décor est coloré par les paréos où les boliviennes portent les marchandises ou leurs bébés. Un vrai zouk bolivien !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour manger, on achète ici pour trois fois rien un plato placeño ; des morceaux de porc dans une sauce un peu épicée, petites patates noires et maïs blanc. On trouve aussi partout du lechon, le cochon de lait grillé; délicieux! J’en prend et reprends par pure gourmandise..

***

On s’éloigne ensuite de ce quartier pour une visite plus officielle, vers Murillo, où se trouvent sur la même place le siège du gouvernement et l’église.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

De beaux bâtiments! Ici aussi les vendeurs de rue et petits restaurants sont dans tous les coins.. On croise par contre beaucoup moins de touristes qu’à Cuzco.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et on finit par une autre église, au milieu des bouchons et devant laquelle se presse une foule d’artistes en représentation, et des boliviens plus ou moins pressés..

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On croise aussi voyageurs convertis à la musique bolivienne,

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

et à propos de musique, voilà une chanson que j’ai entendue plus d’une fois! Avec un clip folklorique à souhait 😉

La ville est décidément très intense! Et elle a encore de bonnes surprises…

A suivre!

Publicités
Catégories :au pays des Incas

3 commentaires

  1. Encore une belle galerie de portraits typiques. Bravo pour les photos ! Le clip est peu éloigné de nos standards mais ne denote pas par rapport à ce que tu nous montre … bises (pas trop dur d’avoir lâché Hélène ?)

  2. Ce qui me fait marrer, c’est de voir partout sur tes photos ce tissu péruvien que vous aviez dans votre chambre quand vous étiez petites et avec lequel vous avez tant joué.. > http://lestriplettes.free.fr/videos/magicienne.htm.
    Le pire c’est que je ne me rappelle plus du tout qui nous l’avez donné..

  3. Hello Marie, on t’écris car tu nous manquais déjà…. mouhahaha, pour te dire que tu as oublié ton chapeau à l’auberge de jeunesse. on le garde dans la chambre sur nos affaires, si tu veux repasser. bises et bonne route.
    Seb et Orianne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Sid & Gloria

Autour des continent

Travel With Art

A painting for your thoughts

raphaelinlondon

A french student in London

Nouillorc te fait des bisous

How to survive when you hate peanut butter?